Allons-nous devoir nous former de plus en plus ?

À l’heure de l’explosion du numérique, comment nous préparer à l’apparition de nouveaux métiers, et nous adapter à la disparition de certains autres ? Entretien avec Oliver Faron, administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

Régulièrement, les journaux nous l’annoncent : l’intelligence artificielle « bat » l’intelligence humaine dans certains secteurs ou dans certaines activités, comme les jeux d’échec ou de go. En d’autres termes, il arrive que le silicium écrase le neurone, et cela se produit de plus en plus souvent. Nous sommes donc des êtres imparfaits, du moins en certains domaines, et nous ne pouvons plus prétendre que nous ne le savons pas. Dès lors, nous pourrions être tentés d’abandonner notre idéal d’autonomie pour nous confier à la perfection de machines qui pourraient nous relayer, qui pourraient être intelligentes et savantes à notre place, qui pourraient même choisir et décider à notre place. Mais nous n’en sommes pas là, et il s’en faut de beaucoup. Nous devons donc continuer à apprendre et à nous former, tout au long de la vie.

Mais comment nous organiser ? À l’heure de l’explosion du numérique, comment nous préparer à l’apparition de nouveaux métiers, et nous adapter à la disparition de certains autres ? Est-il possible de concevoir des formations pour tous, à tous les âges de la vie ?

Invité : Oliver Faron, administrateur général du Conservatoire national des arts et métiers. Il est l’auteur d’une note pour la Fondapol « Former, de plus en plus, de mieux en mieux : l’enjeu de la formation professionnelle ».

Ecouter le podcast

Source : Etienne Klein – franceculture.fr

 
PRESENCE MEDIA
Vous accompagner face aux medias
PRESENCE MEDIA on EmailPRESENCE MEDIA on Wordpress

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :