Est-ce pire qu’un mauvais patron ? Nous avons demandé à des salariées, psys et coachs d’entreprise de nous parler de la souffrance des femmes par les femmes au travail, un sujet de moins en moins tabou.

Alors que nous avons de plus en plus soif de sororité et d’entraide dans nos vies professionnelles, on n’a pas tellement envie d’associer mal-être et management au féminin. Pourtant, ici ou là, des voix s’élèvent. Alors que la candidate à la primaire démocrate Amy Klobuchar a été élue « pire boss du Sénat américain », la romancière Alix Laine vient de signer « Madame » (éd. Le Cherche midi), dans lequel elle dépeint une chef d’entreprise aussi charismatique que toxique. « Madame », comme ses salariées la surnomment, est une patronne qui a tout réussi. Trajectoire professionnelle éclatante, cette féministe de la première heure a décidé, la maturité venant, de s’engager pour les autres femmes. Dans sa start-up, elle engage bientôt Clara, jeune diplômée de Sciences-Po-HEC. Entre elle et son mentor, une lune de miel professionnelle et personnelle commence. Mais lorsque Clara tombe enceinte, le vent tourne et la descente aux enfers commence… Soufflant le chaud puis le froid, « Madame » terrorise la jeune femme qui peu à peu s’enfonce dans la dépression. Impossible de ne pas demander à Alix Laine la part autobiographique de cette histoire qui sonne si vrai. Elle s’en défend : « Je ne suis pas Clara ! J’ai en effet travaillé plusieurs années auprès de femmes de pouvoir. La majorité d’entre elles étaient merveilleuses, aidantes, mais j’ai aussi rencontré des ‘Madame’ qui, sous des dehors solidaires, se montraient dévorantes, impitoyables avec leurs collaboratrices. La plupart avaient dû composer avec des schémas machistes et s’étaient imposé mille contraintes pour y arriver : grossesses repoussées, disponibilité sans faille, etc. Une fois au pouvoir, elles attendaient la même chose de leurs collaboratrices. Mais d’autres ont réussi à s’adapter avec bienveillance aux nouvelles règles du jeu : les jeunes salariées ne sont plus prêtes à tout subir ! »

« Il est impossible de généraliser les comportements selon le sexe »

Ces patronnes « testostéronées » sont-elles en voie de disparition ? La coach Sandrine Deluard le croit : « Je vois arriver de plus en […]

Source : Alix Girod de l’Ain – elle.fr/Elle-Active

Photo : ©Illustration Mikel Casal

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.