La bataille des apiculteurs français contre les contrebandiers du miel

ENQUÊTE Alors que la demande ne cesse de progresser, la production de miel français recule. Pour faire face, les apiculteurs importent de plus en plus de produits d’Europe et de Chine dont l’origine et la qualité restent très floues.

Adultération par rajout de sucre, fraude sur l’origine espagnole et non vosgienne, emploi abusif de la mention « Provence  » indication géographique protégée, usurpation de la qualité « bio « , intraçabilité organisée de plus de mille kilos de miel hongrois présenté comme d’origine locale française… La lecture de l’enquête sur la qualité du miel vendu en France, publiée début 2015 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCRF), a de quoi alimenter la grogne des apiculteurs professionnels français.

Mais la France n’est pas la seule victime de la fraude, le phénomène est mondial, selon une étude présentée en mars dernier par Norberto Garcia, président de l’Organisation internationale des exportateurs de miel. En 2015, des tests de la Commission européenne sur plus de 2000 échantillons de miel avaient révélé que 32 % d’entre eux n’étaient pas conformes ou soupçonnés de ne pas l’être.

Un marché malsain

« Le marché du miel est profondément malsain », s’indigne Jöel Schiro, président du Syndicat des Producteurs de Miel de France (SPMF). « Certains apiculteurs sont des orpailleurs ou des ferrailleurs dans le meilleur des cas et des contrebandiers dans le pire des cas « , renchérit Philippe Lecompte, apiculteur dans la Marne et président du « Réseau Biodiversité pour les Abeilles ». Petit fils d’apiculteur à Gan dans les Pyrénées-Atlantiques et à la tête du leader européen de la vente de miel « Famille Michaud Apiculteurs », Vincent Michaud juge que ce sont « les vendeurs de miel sur le bord des routes ou sur les marchés qui échappent à tout contrôle «  qui posent problème. […]

Lire l’article

Source : Richard HIAULT – lesechos.fr

 
Kenerine
Digital RH
Kenerine on EmailKenerine on FacebookKenerine on GoogleKenerine on Twitter

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :