Capter l’attention d’un éditeur avec un manuscrit envoyé par la Poste tient du miracle

Auteur hybride. Comme si le vocabulaire automobile avait fini par déborder de la voiture à l’édition. La coexistence d’une alimentation électrique d’un côté, et de l’énergie fossile de l’autre. La comparaison est troublante, une fois énoncée. Amélie Antoine compte parmi ces écrivains bicéphales : un œil dans l’autopublication, l’autre, désormais, dans l’édition traditionnelle. Et entre les deux…

Tout est parti d’un rangement estival, se souvient-elle : « Je suis tombée sur cette liasse de lettres de refus, reçues pour le livre Fidèle au poste. Je ne me rappelais même pas les avoir conservées. Mais soudain, ça m’a sauté à la figure, de repenser au nombre de maisons qui m’avaient répondu négativement à l’époque. » En fait, la photo ne présente que les lettres de refus papier : il y en a tout autant par email…

Le cliché intrigue, attire l’attention, et suscite nombre de réactions sur Facebook – l’unique réseau qu’Amélie Antoine utilise. « Je ne m’y attendais pas. Mais en réalité, beaucoup de gens écrivent et se sont retrouvés dans le même cas que moi. » La photo, finalement assez banale, l’auteure l’a postée « pour montrer qu’il ne faut pas s’arrêter à cela : pourtant, j’ai failli abandonner, moi aussi. À mesure que j’accumulais les refus, j’ai fini par ne plus y croire ».

Découvrir une alternative, quand on n’y croit plus […]

Lire l’article

Source : Nicolas Gary – actualitte.com

 
Insafe BEN BELGHIT
Co-Fondatrice et Directrice de Mission de Fexter2
Insafe BEN BELGHIT on EmailInsafe BEN BELGHIT on FacebookInsafe BEN BELGHIT on GoogleInsafe BEN BELGHIT on LinkedinInsafe BEN BELGHIT on TwitterInsafe BEN BELGHIT on Wordpress

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :