Ces écrivains qui se font passer pour des femmes pour mieux vendre

Les pseudonymes sont monnaie courante dans le milieu de l’édition. Que ce soit par le biais d’initiales ou de faux noms, de nombreux auteurs préfèrent vivre cachés pour des raisons multiples. Pendant un temps, cette « mode » touchait particulièrement les femmes, qui préféraient ne pas dévoiler leur sexe, d’abord à cause des interdits, puis, pour diverses raisons marketing. En revanche, on parle moins de ces hommes qui, eux aussi, changent de sexe en prenant la plume.

C’est une information que bien peu soupçonnaient que le Wall Street Journal vient de dévoiler : Riley Sager, la maman du thriller Final Girls, est en réalité… un papa, nommé Todd Ritter. Techniquement, jamais l’auteur n’avait été officiellement décrit comme une femme ; en fait, toutes les informations que la maison d’édition Dutton faisait circuler à son propos étaient non genrées. Pas d’utilisation de pronoms, de photographies ou de quelconques allusions, l’illusion était parfaite : seul le pseudonyme portait à confusion.

Bien sûr, d’autres éléments poussaient les lecteurs à croire à une femme derrière l’écriture de ce roman paru le 11 juillet dernier : le site officiel du livre, par exemple, coloré de rose et parsemé d’arbres. Et pourtant, qui a dit que le rose et la nature devaient forcément être connotés comme des éléments féminins ? […]

Lire l’article

Source : Bouder Robin – actualitte.com

 
Insafe BEN BELGHIT
Co-Fondatrice et Directrice de Mission de Fexter2
Insafe BEN BELGHIT on EmailInsafe BEN BELGHIT on FacebookInsafe BEN BELGHIT on GoogleInsafe BEN BELGHIT on LinkedinInsafe BEN BELGHIT on TwitterInsafe BEN BELGHIT on Wordpress

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :