Comment l’IA transforme le métier de manager

Face au développement du numérique et de l’intelligence artificielle (IA), le manager amorce sa métamorphose. Il doit faire face à un nouvel enjeu : trouver le juste équilibre entre l’humain et l’IA. Courrier Cadres animait le 14 novembre dernier, une conférence sur ce sujet à l’occasion du Salon du Management, organisé par la Maison du Management, à Paris.

La fonction managériale va-t-elle perdurer ?

Michelle Veyssière, co-auteure de l’ouvrage Manager l’intelligence artificielle * : Dans le management, il y a trois axes essentiels. Il y a le management transactionnel, le management transformationnel et le Network management. Le transactionnel aujourd’hui pourrait être remplacé par l’IA et commence à l’être. C’est-à-dire le management de la gestion au quotidien, celui des budgets, des plannings. Le focus avec l’IA va être plus sur le management transformationnel. C’est celui qui va non pas gérer des activités, mais en créer, qui va donner du sens au travail des collaborateurs, motiver les équipes et agir sur le collectif comme sur l’individuel. Celui-là va perdurer. Le 3e axe, celui du manager réseau va se développer. Cela sert à faire passer les idées, à booster l’activité et à apprendre.

Cécile Dejoux, professeur des universités au Cnam, professeur affiliée à l’ESCP Europe : Cette classification, je ne peux m’empêcher de penser que ce sont les trois rôles que doit avoir un manager. Je ne crois pas que nous assisterons à une disparition du manager opérationnel, on en aura toujours besoin. Premièrement parce que l’IA va faire des bugs. Deuxièmement, on devra toujours travailler avec des hommes et la qualité de la relation, c’est le manager qui l’apporte. Troisièmement, parce que le manager est quand même en charge de la performance.

La seule chose dont on est sûr, c’est qu’on aura toujours besoin de personnes pour donner du sens, pour décider, pour pouvoir motiver, pour gérer les crises et pour rendre des comptes. Car ce qui caractérise le manager, c’est qu’il est en responsabilité des résultats.

Pierre d’Huy, directeur de la Chaire Innovation et Transformation Permanente (ITP) de l’Edhec Business School : Je reprendrai une citation d’Einstein. Il dit : “Les ordinateurs sont incroyablement rapides, précis et stupides. Les êtres humains, incroyablement lents, imprécis mais brillants. Ensemble, ils sont puissants au-delà de toute imagination”. Quand on en parle à ses équipes, c’est cette histoire qu’il faut raconter. En disant que […]

Lire l’article

Source : Aline Gérard – courriercadres.com

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.