Depuis le 15 mars, salariés du privé et demandeurs d’emploi ont la possibilité de financer totalement ou partiellement le coût des leçons de code et des cours de conduite grâce à ce dispositif.

1 – Vérifiez que vous y avez droit

Pour financer le permis B avec le compte personnel de formation (CPF), il convient d’être salarié du secteur privé ou demandeur d’emploi disposant d’heures sur son CPF. Autre critère à respecter : projeter d’obtenir le permis B pour des raisons professionnelles.
« Ce n’est pas un droit ouvert à tous inconditionnellement, prévient Olivier Phelip, directeur général adjoint d’Uniformation, organisme paritaire collecteur agréé (OPCA) des entreprises de l’économie sociale, de l’habitat social et de la protection sociale. Le permis doit contribuer soit à la réalisation du projet professionnel du candidat, car son métier exige de savoir conduire ou son lieu d’habitation est loin d’un bassin d’emplois ; soit à la sécurisation de son parcours professionnel. Le permis facilitera en effet sa recherche d’emploi ou lui permettra de continuer à travailler dans un contexte changeant, comme le basculement en horaires décalés, notamment la nuit. »
Dernière condition à remplir : ne pas faire l’objet d’une suspension du permis de conduire
 ou d’une interdiction d’en solliciter un.
 Ces obligations font l’objet d’une attestation sur l’honneur, à transmettre au moment 
de la demande. À noter : les fonctionnaires sont exclus du dispositif. Les travailleurs indépendants, quant à eux, y auront droit à partir du 1er janvier 2018.

2 – Activer votre compte personnel de formation

La deuxième étape nécessite de vous rendre sur moncompteformation.gouv.fr, puis […]

Lire l’article

Source : Anne-Gaëlle Nicolas-Koch – dossierfamilial.com

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.