Fraude publicitaire : 4 techniques en vogue décryptées

Applis fantômes, modification des sources d’attribution… Le Collectif de la performance et de l’acquisition fait le point sur des manœuvres de plus en plus subtiles.

Faux espaces, faux trafic, mauvais ciblage et rendements biaisés. Tels sont les grands thèmes listés par le Collectif de la performance et de l’acquisition (CPA) dans son dernier livre blanc consacré à la fraude dans la publicité digitale. Avec Christophe Bosquet, président du Collège Technologies Marketing du CPA, le JDN passe en revue quatre des dernières techniques des fraudeurs.

Les malwares sur mobile où « mobile device hijacking »

« C’est en matière de création de faux espaces publicitaires, la dernière tendance », note Christophe Bosquet. Des applications, pourtant validées dans les appstores, s’exécutent en tâche de fond et réalisent des affichages et des clics, même si l’application est fermée ou n’a jamais été ouverte. « Il s’agit le plus souvent d’applications utilitaires : réveil, lampe… Le service est gratuit car le véritable business model, c’est la publicité. » Cette dernière est invisible pour l’utilisateur mais les affichages générés sont bel et bien achetés.

Ces applications établiraient jusqu’à 1 100 connexions par minute et communiqueraient avec 320 réseaux publicitaires dans le monde, selon le CPA. « Elles se connectent aux ad-exchanges en usurpant les noms d’applications bien installées. » Désireux de contrecarrer la pratique, l’IAB, à travers son Tech Lab, a annoncé qu’il prenait en charge la gouvernance d’un SDK conçu par IAS pour vérifier la visibilité et les performances des campagnes pub mobiles. Un kit qui facilitera l’intégration des outils de mesure aux applications des éditeurs. […]

Lire l’article

Source : Nicolas Jaimes – journaldunet.com

 
PRESENCE MEDIA
Vous accompagner face aux medias
PRESENCE MEDIA on EmailPRESENCE MEDIA on Wordpress

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :