Ingérer un aliment est un acte de… confiance. Il se fait plus rarement avec défiance.

Ce qui n’exclut pas l’idée de découverte, voire parfois d’une certaine prise de risque face à un aliment inconnu. Prenez par exemple une saucisse de serpent à sonnette, ou une oreille de porc (plus connue sous nos latitudes…) ou des insectes… Tout cela se mange, se déguste même. Petit tout d’horizon de quelques produits pas si farfelus.

Lire l’article

Source : Franck Pinay-Rabaroust – atabula.com

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.