Le Nutri-score oriente la consommation et s installe en référence chez les consommateurs

Après bientôt deux ans depuis l’entrée en vigueur du Nutri-score, près de 200 industriels apposent le logo sur leurs produits. Au-delà de ces entreprises déjà engagées, Nielsen s’est appuyé sur différentes sources pour faire la première analyse « nutritionnelle » des ventes de produits alimentaires en France. Ce sont ainsi 92 000 produits qui ont été étudiés selon leur valeur nutritionnelle, traduite par leur score Nutri-score A, B, C, D ou E.

Si 14% des consommateurs accordent déjà de l’importance au Nutri-score présent sur les emballages, ce dernier s’inscrit dans un mouvement général vers des produits plus sains. Globalement, les ventes de produits équivalents ‘A’ et ‘B’ représentent 31% du chiffre d’affaires alimentaire en grandes surfaces. Les deux scores sont en progression quand l’ensemble ‘C’, ‘D’ et ‘E’ est en recul.

Dynamisme des produits en Nutri-score « A » et « B »

Les produits avec de meilleures valeurs nutritionnelles (‘A’ et ‘B’) s’avèrent plus dynamiques que les autres sur la dernière année : le chiffre d’affaires des produits alimentaires typés ‘A’ et ‘B’ est en hausse (respectivement +1.0% et +0.8%) quand le total des produits ‘C’, ‘D’ et ‘E’ est en recul (seuls les ‘E’ résistent). Pour Emmanuel Fournet, Directeur Insights Distribution chez Nielsen, « ces chiffres sont la résultante d’un triple phénomène, conjonction de la volonté gouvernementale, des aspirations sociétales et des initiatives des différents acteurs, industriels et distributeurs. Les marques sont de plus en plus enclines à lancer des produits plus sains, à revoir leurs recettes, et les consommateurs montrent un appétit certain pour des produits plus sains. »

Les bonnes notes des rayons épicerie salée et surgelés salés

Mêmes si les produits ‘A’ et ‘B’ gagnent du terrain, leurs ventes restent en-deçà des autres groupes nutritionnels ; les ventes des ‘D’ et ‘E’ représentent près de la moitié des ventes des produits alimentaires étudiés.

En revanche au sein des rayons épicerie salée et surgelés salés, les produits notés ‘A’ et ‘B’ sont très bien représentés dans les ventes.

Les rayons les plus vertueux en 2019 : épicerie, frais non laitier et boissons

Si les produits typés ‘A’ et ‘B’ sont ainsi davantage vendus dans certains rayons, c’est la tendance qui est particulièrement révélatrice. On note en effet la progression de leurs ventes dans la majorité des rayons, tout particulièrement parmi les boissons sans alcool (tant produits ‘A’ que ‘B’), en épicerie (produits ‘A’) et au rayon frais, dans les univers traiteur et charcuterie (produits ‘B’ essentiellement).

« De plus en plus, les nouveaux produits arrivant en rayon proposent des compositions moins sucrées, moins grasses… Les biscuits, les glaces et […]

Lire l’article

Source : marketing-professionnel.fr

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.