Les fondamentaux de la communication : les obstacles observés en situation de communication

On distingue trois types d’obstacles à une situation de communication :

  • Les bruits
  • Les obstacles culturels et sociologiques
  • Les obstacles psychologiques et affectifs

1. Les bruits

Les bruits sont des perturbations qui peuvent altérer la qualité de la communication, dénaturer le message communiqué, rendre difficilement perceptible l’information ou causer sa perte partielle ou totale.

Les bruits peuvent prendre quatre formes :

Les bruits techniques

Ce sont des bruits liés au canal de transmission. Si le canal est mal choisi, la communication ne passe pas ou passe mal. Ce type de bruit est lié à l’environnement extérieur, aux conditions techniques « physique et matérielle » : moment mal choisi, endroit mal choisi.

Certaines informations passent mieux à l’oral que par écrit, un schéma est préférable à une longue description…

Exemples : friture ou grésillement sur une ligne téléphonique, coupure lors d’une communication téléphonique, message complexe transmis par téléphone.

Les bruits sémantiques (sens, signification)

Ce sont les bruits liés au message ou au code :

  • Message peu claire, explications confuses, imprécises, incomplètes.
  • Code langage trop spécialisé, emploi de mots à double sens, mauvaise définition des termes de base.

Exemple : emploi d’un jargon spécialisé comme le jargon médical.

Les bruits sémiologiques

Les bruits sémiologiques sont nécessairement liés à l’attitude et à la conduite, c’est-à-dire au comportement du récepteur et / ou de l’émetteur.

Exemples : le récepteur ne s’intéresse pas au message ; il n’écoute pas. Parler à quelqu’un en lisant un journal ou en regardant la télévision.

Les bruits organisationnels

Les bruits organisationnels sont les perturbations liées automatiquement au fonctionnement des réseaux d’informations.

On mesure alors le temps que prend l’information pour qu’elle soit intégrée et assimilée par le récepteur.

Exemple : dans une entreprise où l’organisation est très hiérarchique et dont l’organigramme est très complexe, les informations ont du mal à remonter et à descendre ou sont déformées.

2. Les obstacles culturels et sociologiques

Certains obstacles sont d’ordre culturel et sociologique : ils touchent les modes de pensée, les valeurs reconnues et acceptées (inconscient collectif), les opinions, les préoccupations, le langage.

Ces obstacles diffèrent en fonction de :

La culture de l’émetteur et du récepteur

La culture de l’émetteur et du récepteur généralement liée à la région ou au pays d’origine ou à une différence d’éducation. La différence culturelle peut, donner lieu une mauvaise interprétation et donc provoquer à un quiproquo qui peut causer une situation conflictuelle.

Le milieu socio-économique

Selon l’origine sociale, l’éducation et les préoccupations peuvent être différentes.

Le niveau de connaissance

Le niveau de connaissance et l’outillage intellectuel très souvent lié aux études, quelquefois au milieu socio-économique, peuvent être aussi un obstacle à la communication.

Exemples : utilisation de mots trop compliqués ou non adaptés à l’auditoire. Les participants d’une conférence n’ont pas compris les explications du conférencier.

L’âge

L’âge, les générations, les niveaux de langage peuvent être différents ; il peut être difficile de trouver des sujets de conversation communs.

Exemple : Il est difficile de trouver des sujets communs de discussion entre des personnes appartenant à des générations différentes (grands parents et petits enfants).

3. Les obstacles psychologiques et affectifs

D’autres obstacles sont d’ordre psychologique et affectif. Les interlocuteurs ne communiquent pas vraiment ou communiquent mal. Ces obstacles se traduisent sous formes de :

Attitudes subjectives de sympathie ou d’antipathie

La sympathie se voit dans le dialogue : on se comprend, sourire et gestes de sympathie, amitié, bienveillance, cordialité, estime, considération

L’antipathie est marquée par le refus du contact et du dialogue : aversion instinctive, irraisonnée pour une personne.

Crainte ou mépris de l’autre

On peut être contraint de garder le silence soit par crainte d’un supérieur hiérarchique soit mépris d’un subalterne.

Ignorance ou méconnaissance des problèmes mutuels

Une personne de 50 ans peut avoir du mal à comprendre les problèmes ou les préoccupations d’une personne plus jeune; l’inverse est également vrai. L’empathie peut résoudre ce problème.

Absence ou insuffisance d’écoute

Les interlocuteurs ont du mal à s’écouter ; personne ne prête attention à ce que les autres disent. Chacun veut exprimer ses idées sans réellement porter attention à celles de l’autre.

Peur du silence

Quand on a peur du silence, on parle pour ne rien dire, le dialogue reste superficiel. Le silence est parfois nécessaire (moments de réflexion, communication non verbale).

Mauvaise préparation du récepteur à recevoir le message

État de fatigue, de stress…

Exemple : on demande une augmentation à son supérieur hiérarchique alors qu’il vient de s’accrocher avec son supérieur.

Rapports de force

Chacun des interlocuteurs va chercher à imposer son point de vue en faisant pression sur son interlocuteur, ce qui entraîne des blocages ou des résistances.

Peur de l’autre et des jugements

Les interlocuteurs peuvent hésiter à communiquer réellement, de peur de révéler des aspects de leur personnalité qui donneraient un certain pouvoir à l’autre, ils peuvent avoir peur du jugement de l’autre.

 
Insafe BEN BELGHIT
Co-Fondatrice et Directrice de Mission de Fexter2
Insafe BEN BELGHIT on EmailInsafe BEN BELGHIT on FacebookInsafe BEN BELGHIT on GoogleInsafe BEN BELGHIT on LinkedinInsafe BEN BELGHIT on TwitterInsafe BEN BELGHIT on Wordpress

Une pensée sur “Les fondamentaux de la communication : les obstacles observés en situation de communication

  • 11 décembre 2016 à 18 06 22 122212
    Permalink

    Informations intéressantes et utiles pour analyser des situations complexes. Je mets en pratique !

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :