L’alimentation de la population américaine serait trop riche en calories et pauvre en micronutriments utiles au cerveau.

Drew Ramsey, professeur en psychiatrie à l’université de Columbia aux États-Unis, affirme qu’une mauvaise alimentation augmenterait le risque de développer une dépression, rapporte The Independent. Pour palier ce risque, il a conseillé un régime inédit à l’un de ses patients: manger des huîtres pendant plusieurs jours consécutifs. Le professeur s’est appuyé sur des recherches stipulant que cet aliment contribuerait à réduire le rétrécissement du cerveau grâce aux vitamines B12 qu’il contient. Les huîtres seraient également riches en acides gras oméga-3, dont les carences seraient associées à un risque important de dépression et de tentatives de suicide.

Ce régime, associé à une réduction de la consommation de plusieurs aliments transformés, de produits frits ainsi que de viandes grasses, aurait eu des effets positifs sur le malade. Cet agent immobilier de 48 ans suivi pour anxiété et dépression estime que les conseils nutritionnels du professeur Ramsay ont amélioré son humeur et l’ont aidé à surmonter sa dépendance à l’alcool. «C’est une partie de tout un pack qui a permis de soulager ma dépression et de me sentir mieux», commente-t-il.

Une étude réalisée sur plus de 12.000 personnes en Australie en 2016 vient appuyer ce constat, en révélant que celles qui […]

Source : Hakim Mokadem – slate.fr

Lire l’article

 

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.