La version originale de la méthode de Singapour est basée sur de la manipulation d’outils, sur des étapes d’abstraction progressive, et sur une solide formation des enseignants. Est-elle adaptable à la France ?

C’est une méthode, « plus qu’une mode » selon l’expression de Cédric Villani, et cela commence surtout à devenir une référence. Et pour cause, le pays qui l’a fait sienne, la République de Singapour, caracole en tête des classements internationaux en mathématiques. Singapour occupe notamment la première place du podium au fameux test PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) tandis que les collégiens français s’y hissent péniblement au niveau de la moyenne mondiale. Le succès de cette méthode a donc motivé Charles Torossian (inspecteur général de l’éducation nationale) et le mathématicien Cédric Villani a préconiser la mise en place d’un essai pendant 3 ans sur le territoire français. Leur rapport sur le sujet, remis le 12 février 2018, comprenant 21 propositions pour l’enseignement des mathématiques, invite également à tester une autre méthode : la SLECC (Savoir Lire Ecrire Compter Calculer). « Une méthode bien identifiée, et soutenue par le Grip (Groupe de réflexion interdisciplinaire sur les Programmes) en France » a expliqué Cédric Villani. En quoi consistent ces deux méthodes ? Commençons par celle de Singapour.

La méthode de Singapour

« La méthode employée à Singapour n’est pas une ‘méthode de Singapour’ dans le sens où elle aurait été inventée à Singapour ex nihilo : c’est une synthèse de pratiques didactiques et pédagogiques efficaces, reposant sur les travaux de nombreux chercheurs ou s’inspirant de textes plus anciens » rappelle le rapport sur les ’21 mesures pour l’enseignement des mathématiques’. « Leur méthode a été élaborée début des années 1970, et elle a régulièrement été remise à jour. La dernière révision date de 2013 » précise Rémi Brissiaud, mathématicien, chercheur en psychologie cognitive et […]

Voir l’article

Source : Erwan Lecomte – sciencesetavenir.fr

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.