Nature, laqué ou pimenté : le cafard sera-t-il la future star de nos assiettes

Pas végan, pas sexy, pas très porn food, détesté par toute l’humanité ou presque, cauchemardesque même, le cafard est pourtant promis à un bel avenir. La preuve : il pourrait bien finir dans votre assiette. 

Cher lecteur, si vous êtes phobique des blattoptères, changez vite d’article ! Car si vous fuyez le cafard, au sens propre comme au sens figuré, d’autres ont fait le choix de l’élever. Avec, en point de mire, la conquête de nos assiettes. Le grillon et le vers, c’est déjà du classique, vive le cafard laqué ou pimenté !

Direction… La Chine. Et, plus exactement, chez Li Bingcai, agriculteur de la province du Sichuan. Notre esthète culinaire bichonne ses créatures à six pattes avec amour. Nourries quotidiennement, elles logent verticalement sur des plaques en bois, d’où elles émettent en choeur un son strident. Dans cet espace cauchemardesque, Li Bingcai se retrouve vite recouvert d’insectes jusque sur les joues… Mais pas de quoi refroidir ses ardeurs, ni celles d’une kyrielle d’autres éleveurs qui ont décidé de se lancer dans cette activité de niche. Depuis longtemps, ils vendent leurs cafards à l’industrie pharmaceutique traditionnelle, pour l’élaboration de médicaments. Mais Li Bingcai les élève aussi pour le palais : non loin de sa ferme, plusieurs restaurants les servent sautés au piment, spécialité sichuanaise.  « Les gens ont du mal à imaginer à quel point c’est bon. Jusqu’à ce qu’ils essaient », explique l’éleveur avant de placer un insecte vivant dans sa bouche, de le mastiquer, puis de l’avaler. Âme sensible, s’abstenir.

 

Connue sous le nom de blatte américaine (Periplaneta americana), cette variété de cafard est l’une des plus répandues. Et l’argument marketing est […]

Lire l’article

Source : atabula.com

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.