Un million de freelances en France – soit 3 fois plus qu’il y a 10 ans. Et toujours autant de difficultés à collaborer avec les entreprises traditionnelles, selon une étude menée par l’agence Angie et la plateforme MALT.

On l’entend partout : les gens qui quittent leur job pour devenir entrepreneurs sont de plus en plus nombreux – et, en apparence, de plus en plus heureux. Parfois, ce choix s’opère en mode reconversion. Mais dans la majorité des cas, c’est surtout par désir d’indépendance. Selon une étude menée par l’agence Angie et la plateforme de freelances MALT, 90% des freelances en France choisissent ce statut pour être plus libres.

Libres mais fidèles

Le premier enseignement de l’étude va à l’encontre des idées reçues : on peut vouloir être libre… et une certaine forme d’exclusivité. Près de la moitié des freelances (47%) veulent des missions longues (entre 1 et 6 mois – et plus de 6 mois pour 20% d’entre eux !). Autre tendance : 64% des répondants voudraient travailler régulièrement avec le même client.

Vouloir le beurre, l’argent du beurre, et des tickets resto

Les freelances sont nombreux à être conscients des avantages à être salarié. Certains expriment d’ailleurs la volonté d’être traités comme des collaborateurs, notamment en ce qui concerne les programmes de formation (20%) ou d’intégration (17,7%). Ils sont plus de 16% à vouloir être invités aux grands rendez-vous des salariés, et 14% à désirer accéder aux services de l’entreprise (restauration, notamment).

Les DRH à côté de la plaque ?

Du côté des entreprises, on est bien loin de répondre à ces désirs. La majorité des DRH interrogés pour l’étude ne misent pas du […]

Source : Mélanie Roosen – ladn.eu

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.