Imaginé il y a plus de soixante-dix ans, l’aménagement en open-space est devenu une norme dans les entreprises qui revendiquent leur volonté de faire des bureaux un espace convivial. L’objectif ? Améliorer la qualité de vie au travail (QVT) des salariés, mais aussi leur productivité. Si à première vue l’idée de travailler en bureaux ouverts est plus séduisante que dans un box gris sans fenêtre, il semblerait que le succès de ces aménagements ait laissé quelques déçus sur le bord de la route, qui rêvent d’intimité, de calme et de concentration.

Quelles sont les limites de ce modèle utopique ? Est-on vraiment plus heureux quand on travaille dans un open-space ? Les open-space nous rendent-ils malades ? Quels challenges attendent les entreprises pour rectifier le tir ?

L’open-space : la solution « miracle »

Moins de cloisons, plus de cohésion…

Dans les années 1950, des spécialistes en organisation du travail, les frères Schnelle, lancent l’idée de bureaux ouverts pour faciliter la communication entre collaborateurs d’une même entreprise. L’idée fait son chemin et connaît un « boom » dans les années 1980, avec l’abaissement des cloisons et la création d’îlots de travail dans un espace commun gigantesque, sans mur fixe. Plus de portes fermées, moins de couloirs entre les différents départements et une hiérarchie verticale atténuée… Pour les entreprises, l’enjeu est social et économique : on gagne des mètres carrés, on économise des charges d’agencements d’espaces, et on espère augmenter la productivité de l’entreprise en favorisant l’émulation collective. Aujourd’hui, l’aménagement en open-space est un levier d’attractivité pour le recrutement, car il véhicule inconsciemment une image « cool » de l’esprit d’entreprise, la volonté de la direction d’être sensible au bien-être de ses employés et une bonne cohésion d’équipe.

… et toujours plus de communication

L’évolution de la typologie des lieux de travail a permis, à son tour, de […]

Source : Claire – welcometothejungle.co

Photo by WTTJ prise à Aticco Barcelone

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.