Prendre l'apéro, un rituel vieux comme le monde: d'où vient en fait cette tradition?

À l’heure où le soleil descend dans le ciel et où les travailleurs se pressent hors des bureaux, les terrasses se remplissent et enfin il peut commencer. « Il« , c’est le fameux apéro. Celui qu’on ne connait que trop bien et qui rythme autant les hivers que les étés. Entre amis, avant le repas de famille ou sans autre prétexte que celui de décompresser, l’apéro se veut une tradition depuis des générations voire depuis que le monde est monde. Retour sur l’histoire de celui qu’on affectionne, chacun à notre manière.

L’origine du mot « apéritif » nous vient du latin « apertivus » dérivé de « aperire » qui veut dire « ouvrir« . Au départ, pas question de chanter et danser la vie, mais bien de s’ouvrir les voies d’évacuations naturelles (bon appétit) et de se donner faim avant le repas.

Retour vers le passé

Il faut remonter loin, très loin, pour trouver les premiers humains qui prennent l’apéro. Déjà à l’époque de l’Égypte antique, les populations avaient pour habitude de partager quelques dattes et fruits secs en dégustant une bière tiède : la heneqet (pur hasard si une grande marque de bière a un nom similaire). 

Les Grecs de l’Antiquité avaient eux aussi leurs petites habitudes bibitives. Les « symposions« , comprenez « les réunions de buveurs« , étaient organisés en deux parties, d’un côté la nourriture et de l’autres les boissons. À l’époque, pas encore de grisini à l’olive plantés dans le humus ou de saucisson aux noix, mais l’idée était sensiblement la même. À l’exception près qu’on y célébrait les divinités comme Dionysos, dieu de la vigne et de l’ivresse. 

Très fiers de leurs coutumes, les artistes de l’Antiquité n’hésitaient pas à représenter les scènes d’apéro :

Trinquer pour ne pas mourir

Au Moyen-Âge par contre, pas question de déguster l’apéro si on fait partie du petit peuple. Aussi, les serfs de l’époque avaient trouvé la bonne excuse : l’alcool est un remède, on boit pour une raison médicale et le tout se fait avec le respect strict de la hiérarchie. 

Loin du gin tonic ou du cidre, les hautes sphères optent plutôt pour des vins à base de plantes connues pour aider à la digestion et […]

Lire l’article

Source : rtbf.be

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.