La presse féminine essaye de se renouveler mais reste coincée par la pub

Entre des reportages sur des femmes de caractère, des shootings mode qui ont un goût de déjà-vu et des conseils sexe et bien-être toujours plus bullshit, où en est la presse féminine ?

Autant commencer cet article par un avertissement : je suis un homme blanc cis hétéro et n’ai jamais vraiment lu de presse féminine. Les rares fois où j’en ai feuilleté m’ont toujours laissé un avis mitigé. Comme beaucoup de monde, je m’indigne régulièrement face aux mannequins anorexiques, aux photos retouchées à l’extrême et aux injonctions souvent sexistes et contradictoires que l’on peut trouver dans les pages de ces magazines.

Depuis deux ans, pourtant, on assiste à une libération de la parole féminine. Les mouvements MeToo et Balance ton porc sont passés par là, le féminisme s’impose de plus en plus dans le débat public et les hashtags qui prônent le body positivism prolifèrent sur les réseaux. Mieux encore, les standards de beauté et les notions de genre et de sexe sont en pleine redéfinition. C’est assez visible en ligne… mais on s’est demandé, si, à l’approche de l’été, les versions papier glacé avaient enfin pris le tournant attendu.

Presse féminine : des magazines en perte de vitesse

La question n’a rien d’anodin quand on regarde les chiffres. D’après l’institut Kantar, les magazines féminins ont vu leur taux de diffusion fortement diminuer, notamment à cause de la fermeture des points de vente. En 2018, Vogue et Marie Claire ont accusé une baisse de 5,5% tandis que Cosmopolitan et Biba ont encaissé une chute vertigineuse de 11,77 % et 16,74 %. Seul le titre Elle tire son épingle du jeu avec une légère progression de 0,79%.

« Profitez de la vie mais ne mangez pas trop », des injonctions contradictoires

En février 2017, l’éditorialiste du magazine Elle, Alix Girod de l’Ain expliquait que son magazine regorgeait de […]

Source : David-Julien Rahmil – ladn.eu

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.