De nombreuses voix se soulèvent sur la gestion des noms de domaine .org. Public Interest Society, la filiale de l’Internet Society s’occupant de leur gestion, vient d’être vendue à une société privée. Cette annonce intervient quelques mois seulement après que l’ICANN, la société de droit californien à but non lucratif qui s’occupe de déléguer la gestion des noms de domaine de premier niveau, a revu son contrat avec la Public Interest Society lui accordant notamment plus de liberté sur la tarification

Il y a depuis quelques semaines une levée de boucliers de nombreuses associations et organisations à but non lucratif. Elles s’inquiètent du devenir de la gestion des noms de domaine .org et du prix qui pourrait être demandé. Aujourd’hui, ce sont plus de 10 millions de noms de domaines avec l’extension .org qui sont enregistrés dans le monde. Que se passe-t-il vraiment ?

L’ICANN est la société de droit californien à but non lucratif qui s’occupe de déléguer à d’autres la gestion des noms de domaine de premier niveau (.com, .net, .org, .fr, etc.). A la charge de ces entités, sous certaines conditions, d’accorder les noms de domaine aux personnes et entreprises le demandant, de tenir à jour un registre et de fixer un prix pour leur utilisation. Depuis 2003, c’est le Public Interest Registry (PIR), une filiale de l’Internet Society, qui s’occupe de la gestion de l’extension .org. La filiale avait spécialement été créée à cet effet.

Un nouveau contrat critiqué

En juin dernier, l’ICANN a passé un nouveau contrat avec le PIR. Les limitations sur le prix pour obtenir un nom de domaine .org ont été révoquées. Auparavant, le PIR s’était vu imposé un prix maximum de 8,25 dollars par nom de domaine, qu’il pouvait augmenter de 10% par an maximum, selon Ars Technica. Désormais, le gestionnaire des noms de domaine .org peut augmenter ce prix sans […]

Source : Léna Corot – usine-digitale.fr

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.