Le stage inter-entreprise né avec la loi Delors de 1971 va-t-il disparaître avec la loi “Avenir professionnel” de 2018 ? C’est fort probable, si les organismes de formation ne savent pas le ré-inventer à temps.

Le stage inter-entreprise en danger !

Plusieurs signaux faibles laissent à penser que le stage entreprise est en danger :

La fin des co-financements

Jusqu’à la loi “Avenir Professionnel”, le stage inter-entreprise était grandement co-financé. Dès les années 1970 à travers le plan de formation obligatoire, puis dans les années 2000 via le DIF et la période de professionnalisation, et suite à la loi de 2014 via le “CPF en heures”.

Demain, il ne sera plus financé que pour les entreprises de moins de 50 salariés. La Pro-A sera mise en oeuvre à travers des formation longues proches du contrat de professionnalisation. Plus particulièrement, tel qu’il a été déployé de façon expérimentale via des dispositifs comme Prodiat ou Vision Pro.

Un modèle économique peu évident

Le stage inter-entreprise coûte cher à l’entreprise et en même temps est très onéreux à produire pour l’organisme de formation. Outre les coups pédagogiques souvent très élevés (certaines grandes entreprises ont trouvé l’astuce de faire des inter en intra au sein de leur société, mais le gain reste limité), les entreprises doivent rajouter les frais de déplacements et d’hébergements mais également les frais de gestion (planification, replanification, facturation…). L’AFEST et la formation à Distance sont sans commune mesure plus économiques.

Du côté des organismes de formation, le stage inter-entreprise engendre des coûts périphériques non négligeables : marketing de […]

Lire l’article

Source : Marc Dennery – blog-formation-entreprise.fr

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.