La représentation de l’argent dans la littérature

L’argent est un motif très présent dans la littérature, depuis l’Antiquité. Petit tour d’horizon, et revue de cette thématique, au travers de notre corpus d’E-books téléchargeables gratuitement.

Dans l’Antiquité

Dans l’Antiquité grecque, le thème de l’argent et le personnage de l’avare apparaissent déjà dans les fables d’Esope (620-564 av. J.C.), dont s’est inspiré La Fontaine.

Citons plus particulièrement L’Avare et le Passant, L’Avare et l’Envieux, L’Homme qui ne tient compte du trésor, Le Voleur et le pauvre homme, Le corroyeur et le Financier.

Plus tard, on retrouve le thème de l’argent dans la comédie antique grecque, avec des pièces bâties autour d’une situation familiale associant amour, argent et quiproquos et de types sociaux caricaturés : le père avare, la belle-mère acariâtre, etc. Ce type de comédie est illustré par L’Avare ou le Misanthrope (317 av. J. C.) de Ménandre.

Le personnage de l’avare, qui est devenu un archétype, apparaît donc très tôt dans la littérature, avec celui de l’usurier. Dans l’Antiquité romaine, on retrouve le personnage de l’avare et de l’usurier dans la comédie qui se développe au II° av. J.C., dans des pièces adaptées de la comédie grecque : L’Aulularia et La Marmite de Plaute ; L’Heautontimoroumenos de Térence. Au I°s av. J.C., dans Les Satires d’Horace, on retrouve de multiples personnages et situations comiques hérités aussi de la comédie grecque.

Au Moyen Age

Les récits de vies, les épopées, les chansons de geste, puis la littérature courtoise sont peu enclins à la représentation de l’argent. En effet, dans la tradition chrétienne, l’avarice est considérée comme l’un des sept péchés capitaux et les […]

Lire l’article

Source : vousnousils.fr

 
Kenerine
Digital RH
Kenerine on EmailKenerine on FacebookKenerine on GoogleKenerine on Twitter

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :