Qui n’a jamais ricané sous cape devant un discours truffé de « conf call », « corporate » et autres « force de proposition » ? La novlangue du monde de l’entreprise peut amuser, voire dérouter par ses codes sibyllins et ses anglicismes à la pelle. Pourtant, comme tout jargon, le langage de bureau contemporain vient remplir de nombreuses fonctions (outre celle de pouvoir frimer grâce à sa maîtrise du wording) : faciliter et accélérer les communications, signifier l’appartenance à un même univers…

Petit lexique des termes les plus fréquents et de ceux à éviter.

Les plus courants

Certains grands classiques revêtent tout le charme d’un véritable langage codé d’amoureux.

Agile : Très populaire dans le secteur des ressources humaines et du management, l’adjectif « agile » ne vient pas saluer des performances physiques mais qualifier la propension d’un individu ou d’une entreprise à la souplesse, la réactivité et l’adaptation. Une qualité si recherchée qu’elle méritait bien un terme spécifique.

Asap : On ne présente plus le fameux asap ! Abréviation de l’anglais as soon as possible, il vise à exprimer l’urgence d’une demande à son interlocuteur, tout en évitant de gaspiller toute la salive ou l’encre nécessaires à formuler « aussitôt que possible ».

From scratch : Les amateurs de recettes anglo-saxonnes (how to make lasagna from scratch) auront deviné que cet emprunt direct à l’anglais désigne l’action de commencer –ou de reprendre- un projet dans son intégralité et depuis le point de départ. Moins décourageant que le français « (re)partir de zéro » et moins élitiste que le latin ex nihilo, peut-être ?

Kick-off : Littéralement « coup d’envoi », un kick-off désigne le lancement (et accessoirement la célébration) d’un nouveau projet. Par extension, un […]

Lire l’article

Source : leblogexpectra.fr

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.