Portage salarial : comment cela fonctionne-t-il ?

Le portage salarial a été créé en France en 1988 pour palier le chômage des cadres, il permettait à ces derniers d’intervenir dans le cadre de missions ponctuelles de conseil dans des entreprises. Il servait principalement les seniors cadres rencontrant des difficultés d’embauche et désireux d’apporter leur expertise à des entreprises en ayant le statut de salarié. De nos jours, ce système continue de séduire entreprises et salariés de tous horizons, excepté quelques domaines, qui veulent travailler de manière indépendante mais sécurisée. Il est ouvert depuis peu aux non-cadres et ce dispositif est reconnu depuis 2015 en France comme un moyen de lutte contre le chômage. Ces salariés ne sont ni travailleur indépendant, ni chef d’entreprise, ni profession libérale, ils s’engagent à accomplir une mission pour une entreprise par le biais d’une société de portage avec laquelle il signe un contrat. C’est une solution qui permet donc à une personne de développer une activité professionnelle, de travailler comme un indépendant tout en conservant le statut salarié. Focus sur ce dispositif.

Le contrat et la rémunération

Le portage salarial est une relation tripartite entre une société de portage, le salarié porté et l’entreprise cliente. Ce n’est pas la société de portage qui démarche le travailleur, c’est ce dernier qui effectue des recherches et se voit confier une mission par une entreprise. La société de portage est alors l’intermédiaire qui effectue le contrat de prestation de services avec l’entreprise cliente en embauchant le consultant comme salarié. Tout est à l’initiative du travailleur porté.

  • Le salarié porté perçoit une rémunération minimale pour un emploi à temps plein :
    70 % du plafond de la Sécurité sociale, pour un salarié porté junior (soit environ 2 288 € brut, en 2017),
    75 % du plafond de la Sécurité sociale, pour un salarié porté senior (soit environ 2 452 € brut, en 2017),
    85% du plafond de la Sécurité sociale, pour un salarié porté en forfait-jour (soit environ 2 779 € brut).

Le salarié porté peut aussi au-delà négocier directement son taux journalier moyen avec son client. Le consultant qui veut obtenir un salaire net en portage salarial doit prendre en compte les charges salariales, les charges patronales et les frais de […]

Source : Forbes France – forbes.fr

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.