Le besoin de prédire le futur pour anticiper la disruption amène de plus en plus les marques à effacer les frontières qui existaient autrefois entre l’analyse prospective des laboratoires de recherche et l’imagination débridées des auteurs de science-fiction. Enfilons nos gants de réalité virtuelle à la « Minority report » pour explorer les liens entre les marques et la science-fiction, et découvrons les méthodes de « worldbuilding » qui extrapolent le futur.

Le futur est déjà « vintage »

On connait l’influence des auteurs de science-fiction anglosaxons sur la création cinématographiques de ces 50 dernières années, et sur la plupart des conférences technologiques depuis les années 90. Avant d’être un film de Steven Spielberg sorti en 2002, « The minority report » était une nouvelle de Philip K. Dick publié en 1956, et plusieurs des idées disruptives de cette œuvre sont aujourd’hui devenus de véritables produits: la publicité personnalisée (même si elle est heureusement moins intrusive en vrai !), la domotique et les applications contrôlables par la voix comme Amazon Echo et Google Home, la reconnaissance faciale et optique, les interfaces gestuelles comme celle de la console de jeu Microsoft Kinect, et même la police prédictive basée sur l’analyse de données. Dans le même esprit, avant qu’Apple ne mette sur le marché les iPhones et iPad leurs interfaces graphiques avaient déjà été inventée par la série et les films StarTrek.

Les analystes se sont mis à la science-fiction

Les cabinets d’analystes sont obligés de garder longueur d’avance pour conseiller leurs clients. On ne s’étonnera donc pas que le cabinet PricewaterhouseCoopers (PWC) ait publié en 2017 un guide sur comment utiliser la science-fiction pour explorer les innovations business.

Pour PWC le bénéfice recherché dans une démarche de « design fiction » est de permettre à l’entreprise d’inventer puis d’étudier la faisabilité de ses […]

Source : Séverine Godet – viuz.com

Lire l’article

Cet article vous a plu, partagez le sur les réseaux :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.