L’amour à l’ère de Tinder

Les sites et applications de rencontre n’ont jamais été aussi populaires. Selon une étude Ifop pour Cam4 publiée en mai 2015, 40% des Français y ont déjà eu recours, c’est 2 fois plus qu’il y a 5 ans. Un essor qui coïncide avec l’emergence de la « hookup culture », que l’on peut traduire par « culture du coup d’un soir ». En effet, si seuls 22% des utilisateurs admettaient rechercher uniquement « des aventures sans lendemain » en 2012, cette proportion a presque doublé en 3 ans, atteignant 38% en 2015. Tinder, Happn, OkCupid… : les applications sur smartphone se multiplient et bouleversent les codes de la séduction.

Géolocalisation et facilité

Si les sites de rencontre existent depuis belle lurette, l’avènement des applications mobiles basées sur la géolocalisation a changé la donne. Tout a commencé en 2009 avec l’application Grindr destinée à la communauté gay. Le principe est simple : repérage des utilisateurs à proximité, consultation de leur profil (photos et courte description), discussion, échange de photos et rencontre si affinité. Le succès est immédiat et le site revendique aujourd’hui plus de 2 millions d’utilisateurs actifs par jour dans 192 pays.

Le modèle de Grindr est vite repris par des applications ciblant un public plus large, hétérosexuel notamment, avec quelques variantes. En septembre 2012, Tinder est lancée. L’application la plus populaire désormais propose selon un algorithme une succession de profils d’utilisateurs à proximité : on valide ou on rejette les photos en glissant le doigt vers la droite ou la gauche de l’écran de son smartphone. Si une personne que l’on a validée nous valide également, un « match » a lieu et la mise en relation peut alors s’effectuer. Selon plusieurs estimations, Tinder comptabiliserait un peu plus de 3 ans après sa création 50 millions d’utilisateurs actifs dans 196 pays. L’application rend même plutôt accro puisque ses utilisateurs y passent en moyenne une heure par jour.

La raison du succès : la facilité des échanges. Il n’est plus indispensable de prendre son courage à deux mains pour aborder quelqu’un au risque de se prendre un râteau (ni même de sortir de chez soi). Avec Tinder, l’attirance réciproque est établie avant de communiquer. Pour les jeunes générations qui ont grandi avec les réseaux sociaux, il est aussi plus aisé d’entamer une conversation avec une personne inconnue à l’abri derrière son écran, plutôt que face à face. C’est également un booster de confiance en soi : certains reconnaissent utiliser l’application pour se rassurer sur leur potentiel de séduction.

La culture du hookup

La popularisation des applications telles que Tinder a facilité les mises en relation, avec une tendance qui se confirme : celle des histoires sans lendemain, purement sexuelles (hookup). D’après les résultats de l’étude Ifop pour Cam4, parmi les personnes qui ont rencontré quelqu’un via un site ou une application de rencontre, 55% ont déjà eu un rapport sexuel dès le premier rendez-vous et 52% ont déjà rencontré une personne directement au domicile de l’un ou de l’autre sans rendez-vous préalable dans un lieu public. La sexualité apparaît de plus en plus dissociée de la conjugalité avec […]

Lire l’article

Source : Claire Garnier – modesdevie.com

 
Kenerine
Digital RH
Kenerine on EmailKenerine on FacebookKenerine on GoogleKenerine on Twitter

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :