Le jeu vidéo, un divertissement inutile ?

Article de l’un de nos contributeurs : Augustin MISSAGLIA

Depuis 40 ans le jeu vidéo est dans notre quotidien une source de divertissement. Une façon de se changer les idées sans trop d’effort.

 Cela dit, sa diversité et sa richesse permettent au joueur de développer de façon ludique des aptitudes exploitables dans la réalité, notamment dans le travail d’équipe.

 Savez-vous quelles sont ces aptitudes ?

Pong est le premier jeu vidéo célèbre, sorti en 1972. Depuis certains font partie du patrimoine culturel comme Tetris. Les jeux vidéo nous proposent d’incarner un sportif, un personnage de fiction, ou un avatar dans des lieux historiques ou mythiques. On peut se divertir ou apprendre, comme simuler un métier.

 En France, prêt de 4 millions de joueurs jouent chaque jour à un jeu vidéo. La plupart sont des hommes de 13 à 24 ans et un tiers sont des femmes. Un quart de ces joueurs ont entre 35 et 49 ans.

 Et concrètement, comment ça se passe ? Assis à plusieurs devant l’écran, manette ou clavier en main, les jeux de coopération ou de compétition sont une source de rigolade comme d’engueulade mais aussi de découverte de l’autre. Le contrôle du personnage est souvent le miroir de la personnalité du joueur.

La particularité de ce support est que l’on peut discuter pendant que l’on joue, se donner des conseils, faire des choix ensemble. Une personne peut jouer et l’autre regarder. Et apprendre de l’autre en observant.

Alors, sans s’en rendre compte, on développe des aptitudes.

1 – Aptitudes

Le travail d’équipe :

Créer ou s’intégrer à une équipe, communiquer, planifier en concertation, diriger ou suivre les consignes des autres, anticiper leurs réactions… qui a dit que les joueurs chevronnés n’ont aucune vie sociale ? (Source :  http://coreight.com/content/jeux-video-talents)

L’exemple le plus complet et parlant est le MMORPG, jeu massivement multi-joueurs en ligne.

Dans un monde d’Héroic-Fantasy, comme dans le Seigneur des Anneaux, vous n’êtes pas seul, vous faites partie d’une équipe ! Votre équipe est composée d’un guerrier, un archer, un magicien et un guérisseur. Chacun son rôle ! Vos capacités sont indispensables au reste du groupe. Il faut faire des choix car il ne sera pas possible de les développer toutes. Comme dans la réalité on ne peut tout apprendre et connaître.

L’éthique du groupe, la guilde :

La guilde est un(des) regroupement(s) de joueurs pouvant atteindre une centaine de joueurs. Cela pour servir des objectifs ambitieux.  Il s’agit souvent de coordonner plusieurs équipes avec un chef d’équipe. Ces chefs d’équipes sont gérés par un autre chef d’équipe au-dessus d’eux. Leur mission se fait en plusieurs heures, demande patience, concentration, rigueur, coordination entre toutes les équipes.

La hiérarchie :

Pour certains il faut savoir écouter, obéir et pour les autres se faire entendre et donner des ordres.

Le recrutement :

Pour répondre à ces exigences et se faire recruter dans la guilde, les candidats doivent faire leurs preuves et présenter une candidature écrite très rigoureuse. Il sera ensuite possible de faire ses preuves sur le terrain.

2 – Et qu’est-ce qu’en dit la recherche ?

« L’ensemble des études montre donc que les jeux vidéo sont loin d’être débilitants. L’utilisation régulière de l’ordinateur en général a un impact positif sur le développement cognitif de l’enfant et de l’adolescent. Elle améliorerait, entre autres, la motricité fine, la reconnaissance de l’alphabet et des nombres, l’estime de soi, la compréhension de concepts généraux relatifs à la taille, la direction, la position, le temps, la quantité et la classification.» (Source : http://www.scienceshumaines.com/les-jeux-video-sont-ils-bons-pour-le-cerveau_fr_15191.html)

Kids like mobile games – By Viktor-Hanacek

« Ils peuvent être bénéfiques à tout âge et dans de nombreux domaines de la pensée. On a vu qu’ils pouvaient améliorer la coordination visuo-motrice, l’attention visuelle sélective, le traitement perceptif, ainsi que certaines composantes de la cognition spatiale, comme la rotation mentale. Plusieurs recherches ont également montré qu’ils pouvaient améliorer les réflexes et conduire à l’élaboration d’une meilleure stratégie face à la résolution d’un problème (stratégie analogique, plutôt qu’une résolution par essais-erreurs). La plupart des jeux requièrent un sens de l’observation et une attention accrus, un traitement en parallèle de plusieurs variables, une bonne mémoire, une planification de l’action, un raisonnement inductif permettant de progresser dans le jeu, et ainsi de suite. » (Source : http://www.scienceshumaines.com/les-jeux-video-sont-ils-bons-pour-le-cerveau_fr_15191.html)

3 – Mon expérience dans la réalité

Le sport :

FIFA

Si je regarde le foot occasionnellement à la TV, je me sens passif et frustré en tant que spectateur. Le jeu vidéo m’a apporté de l’interaction, le contrôle des joueurs, le sentiment d’être actif et de savourer la victoire.

 C’est le jeu vidéo de foot le plus connu. Malgré son aspect très commercial, FIFA est l’une des licences qui évoluent chaque année pour faire évoluer le joueur avec lui.

Cela ne suffisant pas, je suis passé au réel. J’avais besoin de faire travailler mon corps et d’avoir un contrôle réel sur mes actions. J’ai pratiqué de l’Urban Foot, 2 équipes de 5 joueurs sur un petit terrain fermé.

 Le jeu vidéo m’a permis la transition entre l’activité passive et active. J’ai appliqué des connaissances acquises du jeu vidéo lors des matchs en Urban Foot, ce qui m’a vite fait progresser. Notamment comment se  déplacer constamment sur le terrain en tenant compte des autres joueurs.

Gestion argent/marché :

 

Le marché de World of Warcraft

Beaucoup de jeux utilisent l’argent. Notamment les jeux de simulation et de stratégie, mais aussi les jeux d’aventure.

Mais les plus intéressants restent les MMORPG puisqu’il y a un marché où l’on peut proposer son matériel et ses ressources à la vente en fixant son prix. Bien entendu, à essayer de vendre trop cher ça ne fonctionne pas. Il faut alors prendre en compte plusieurs paramètres.

La simulation :

Rock Band est un des meilleurs de cette catégorie. Il permet de jouer sur de faux instruments, remplaçant les manettes, la partition de morceaux célèbres défilant à l’écran. Si les créateurs ont commencé par faire une guitare à 5 boutons, ils ont ajouté le chant avec 3 micros, la batterie et le piano. Le niveau est encore monté d’un cran quand une guitare à cordes réaliste a permis de jouer la vraie partition des morceaux.

Aujourd’hui on peut jouer à 7 joueurs sur nos chansons favorites. Le jeu est jouable en mode compétitif ou sans score pour le plaisir.

En y gouttant il est possible que vous ressentiez la sensation de jouer dans un vrai groupe, de compter sur les autres, de commenter leurs prestations.

On apprend les bases des instruments jusqu’à une bonne maîtrise pour la guitare.

C’est un jeu qui fait partie de mon quotidien depuis pas mal d’années. Enrichissant seul comme à plusieurs, il me donne le sentiment d’accomplissement et d’évolution.

En conclusion

Les pilotes de course apprennent un circuit sur des simulations, l’acuité visuelle et la précision est impressionnante chez les joueurs de jeux de guerre, notamment dans Counter Strike et il y a bien d’autres exemples.

Le monde du jeu vidéo évolue et s’exprime de plusieurs manières et dans différents domaines.

En musique avec les concerts de musique classique des bandes originales des jeux vidéo, dans le sport avec la compétition officielle appelée l’e-sport au niveau mondial, dans le milieu médical notamment en psychologie et en entreprise avec les serious game.

augustin-missaglia

 
FRAGRANCES RH
FRAGRANCES RH on EmailFRAGRANCES RH on FacebookFRAGRANCES RH on GoogleFRAGRANCES RH on Twitter

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :