L’effet « Lucy » ou la vraie histoire de l’ubérisation

« Ubérisation », « disruption » : la vague numérique est en train de décupler les potentiels des objets, du vivant et de leurs liaisons. Il est urgent de comprendre les règles de ces nouveaux marchés.

La France cristallise sur « l’ubérisation » et l’apparition de nouveaux super-intermédiaires comme Uber, Freelancer, Blablacar, etc.

Côté Silicon Valley, la fièvre de la « disruption » effraie toutes les entreprises en place, devant la possibilité qu’un produit ou service connecté viennent faire mieux que l’existant, pour beaucoup moins cher.

Et partout dans le monde, les sociétés s’inquiètent car ces bouleversements viennent fragiliser les relations économiques et sociales établies, issues de décennies de construction de consensus.

Ces inquiétudes sont fondées. En réalité, tous les éléments sont réunis pour que le saccage s’amplifie.

Lucy ou la disruption numérique

Pour se représenter la puissance de ce chambardement, il est éclairant de faire une analogie avec le film Lucy de Luc Besson (2014). Dans ce film, une drogue permet à Lucy (interprétée par Scarlett Johansson) de décupler la puissance de son cerveau. Nous ne l’utilisons, semblerait-il, qu’à hauteur de 10 % de ses potentialités. En décuplant à la fois tout le potentiel de chaque neurone, et les liens entre chacun d’entre eux, cette drogue provoque un effet boule de neige et emmène son cerveau vers des sommets : 20 %, 40 %, 60 %…

L’essor exponentiel des technologies numériques (informatique, électronique, traitement du signal…) provoque actuellement le même effet […]

Lire l’article

Source : Rémi Maniak – theconversation.com

 
Insafe BEN BELGHIT
Co-Fondatrice et Directrice de Mission de Fexter2
Insafe BEN BELGHIT on EmailInsafe BEN BELGHIT on FacebookInsafe BEN BELGHIT on GoogleInsafe BEN BELGHIT on LinkedinInsafe BEN BELGHIT on TwitterInsafe BEN BELGHIT on Wordpress

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :