Les dessous chics du champagne rosé

Cet apéritif snob et joyeux exige une fabrication millimétrée, selon deux méthodes aussi alambiquées l’une que l’autre.

Il cumule tous les avantages. Ou tous les défauts, c’est selon. On peut le voir comme une boisson à la fois chic (le champagne) et décontractée (le rosé), ou comme un breuvage aussi snob (du champagne, donc) que branchouille (avec sa couleur méprisée des puristes œnophiles). Ou bien on peut le considérer comme ce qu’il est : un vin à part entière qui exprime la vision du vigneron. Sa fabrication, terriblement exigeante, millimétrée, le rend en tout cas fascinant d’un point de vue œnologique.

Avant toute chose, c’est un vin de Champagne. Du jus de raisin fermenté, donc, assemblé et mis en bouteille où il fera sa seconde ­fermentation qui lui donnera ses précieuses bulles. Vient ensuite sa couleur. Et là, dans ce monde si policé des maisons de Champagne, on verse dans le punk rock. Parce qu’il y a deux méthodes, aussi rebelles l’une que l’autre. La première, largement majoritaire dans le cham­pagne rosé, est interdite en France ! Aucun vin rosé d’appellation ­d’origine contrôlée ne saurait être obtenu par un mélange de vin rouge et de vin blanc… sauf le champagne rosé d’assemblage, ce sacré VIP au-dessus des lois !

Assemblage : la folie du procédé

Le processus de création est assez croquignolet : d’abord, élaborer un vin blanc à partir de raisins blanc ou noir. Faut-il le rappeler ? On peut obtenir un vin blanc à partir […]

Lire l’article

Source : Ophélie Neiman – lemonde.fr

 
Jean-Christophe DROUARD
Co-Fondateur et Directeur de Mission de Fexter2
Jean-Christophe DROUARD on EmailJean-Christophe DROUARD on FacebookJean-Christophe DROUARD on GoogleJean-Christophe DROUARD on LinkedinJean-Christophe DROUARD on TwitterJean-Christophe DROUARD on Wordpress

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :