Une bibliothèque pour tous au milieu de Paris

Article de l’un de nos contributeurs : Augustin MISSAGLIA

Au Centre Pompidou, à Châtelet, se cache la BPI : Bibliothèque Publique d’Information ou bibliothèque de Beaubourg.

La BPI est une immense bibliothèque de recherche où l’on trouve des ressources sur tous les thèmes mais aussi un public très varié et un dynamisme culturel.

Centre Georges Pompidou, © Cnac-gp, Georges Meguerditchian

Je vous fais la visite ?

Le projet d’une bibliothèque, installée dans le centre de Paris, est né dans les années 1960. Quand Georges Pompidou propose la construction d’un musée d’art moderne sur le plateau Beaubourg, l’idée de lui associer une grande bibliothèque s’impose.

L’entrée, discrète, se trouve à l’arrière de l’imposant bâtiment du centre Pompidou. Elle est gratuite, accessible à tous, sans aucune formalité et ouverte jusqu’à 22h.

Ses collections abordent des domaines variés comme le droit, les sciences, le bricolage, le sport, la cuisine, etc.

Vous pouvez consulter des livres, des revues, des journaux, mais aussi regarder les chaînes TV, écouter de la musique, utiliser des ordinateurs et les postes d’autoformations, jouer aux jeux vidéos, etc.

La BPI en chiffres 

 

  • + de 1 millions de visiteurs
  • + de 30 000 participants aux manifestations culturelles (conférences, projections, débats…)
  • 10 000 participants aux médiations (ateliers, permanences, visites)
  • 350 000 titres d’ouvrages, 30 000 livres électroniques, 16 000 revues en ligne.
  • + de 1 million d’euros d’acquisition de collections (source rapport d’activité 2015)

Diversité du public

En 2015, on compte 63% d’étudiant(e)s, 5% de collégien(ne)s et lycéen(ne)s, 20% d’actifs et actives occupés, 7% de personnes en recherche d’emploi, 3% de retraités et 2% d’autres inactifs et inactives au sens de L’INSEE (personnes au foyer, etc.).

6 personnes sur 10 déclarent venir au moins 1 fois par semaine au cours de l’année et 74% des usagers viennent travailler sur leurs propres documents.

La durée moyenne des visites est de 3 heures.

Un lieu à multiple facettes

Centre Georges Pompidou, © Cnac-gp, Georges Meguerditchian

Le lieu est immense, accueillant et vivant. Les visiteurs, nombreux, y étudient, discutent, profitent des différents supports (informatique, télé, livre). On y côtoie des personnes de tout âge, seuls ou en groupe.

Si les tables et les rayonnages de livres impressionnent par leur quantité et leur alignement strict, on y trouve aussi une bonne ambiance, des coins plus chaleureux, une terrasse qui donne sur la place du Centre Pompidou et les toits de Paris.

La culture côtoie le travail.

Un lieu pour m’informer, travailler sur mon ordi, et lire un manga ou jouer aux jeux vidéo pour me détendre.

J’aime aussi y venir en groupe pour se motiver mutuellement et échanger.

En passant par l’intérieur du Centre Pompidou vous pourriez être tenté par une visite des expositions d’art !

Un lieu dynamique et culturel

Tout au long de l’année, y sont organisés des rencontres, conférences, concerts, ateliers, masterclass, démonstrations.

Des thèmes variés comme les enjeux internationaux, le jeu d’échecs, l’écologie, les cultures numériques, le thé, les handicapés,…

 « La variété des masterclass permet de toucher des publics extrêmement différents avec des parités notables de sexe, de générations ou encore des mixités d’intérêts, d’usagers issus de différentes disciplines : cas remarquable du croisement de l’art et du management pour ana­lyser l’art du leadership. » – Source : rapport d’activité BPI 2015.

« La coopération nationale ayant été fortement réaffirmée dans les missions de la BPI, le conseil de coo­pération a été réuni deux fois en 2015. Ces conseils ont été marqués par la volonté de donner la parole aux bibliothèques territoriales et aux associations professionnelles pour favoriser les échanges de pratiques et d’expériences et les débats entre les membres du conseil de coopé­ration. » – Source : rapport d’activité BPI 2015.

Les axes de réflexion de ce conseil portent sur les bibliothèques dans les cités, les ressources numériques, la cohésion sociale, les migrants, l’accessibilité aux handicapés, etc.

Un lieu pour les étudiants mais pas que…

La BPI reçoit les actifs, les chômeurs les retraités les nouveaux parisiens et les personnes en situation d’exclusion, de fragilité sociale ou économique.

« Aux ateliers réguliers de recherche d’emploi en partenariat avec le Centre d’information et de documen­tation jeunesse (CIDJ), se sont ajoutés […] des ateliers tels : comprendre les règles de l’entreprise, définir son projet professionnel, cultiver la confiance et l’estime de soi pour retrouver un emploi, portage salarial et régime auto-entre­preneur : quelle alternative ? Soit 276 usagers fréquentant 27 ateliers. Les permanences écrivain public qui occupent des créneaux horaires en journée et en soirée, toujours fréquentés pleinement, ont aussi permis à certains usagers de finaliser leur lettre de motivation. » – Source : rapport d’activité BPI 2015.

Les nouveaux parisiens commencent par apprendre le FLE – français langue étrangère – ce qui permet d’être autonome pour les étapes suivantes et services comme les ateliers de conversations en plusieurs langues, découvrir paris, etc.

« Si pour les étudiants, la bibliothèque sert de lieu de travail purement fonctionnel, elle devient pour certains un mode de vie, voire pour les plus précaires, un mode de survie, un des rares endroits où ils trouvent les ressources nécessaires à leur quotidien : la possibilité d’être au chaud l’hiver et dans un lieu climatisé l’été, d’utiliser les sanitaires pour se laver, d’être reconnu comme un usager parmi d’autres, sans se sentir stigmatisé. » – Source : http://crise.blog.lemonde.fr/2013/06/06/bibliotheque-pour-tous-precaires-et-exclus-compris/

 « Ici, on trouve beaucoup de personnes très lettrées dans une situation de grande précarité, qui fréquentent la BPI pour garder un pied dans la vie intellectuelle. » – Source : Des pauvres à la bibliothèque, Enquête au Centre Pompidou de Serge Paugam.

« La moyenne d’âge pour ces 18 ateliers est de 59 ans avec un minimum à 16 ans (atelier ʺ je prépare mes vacances sur internet ʺ et un maximum à 84 ans (pour le même atelier). » – Source : ateliers numériques 2014.

L’autoformation se fait sur Dvd et cours en lignes gratuits : 250 langues, divers domaines comme le code de la route, développement des compétences, comptabilité, informatique, soutien scolaire, sciences, vie pratique, etc.

Bpi, Salon graphique, niveau 1 © Voyez-vous

 « Les ateliers numériques accueillent principalement des retraités et des personnes en recherche d’emploi ou inactives et quelques actifs occupés. Les participants ont souvent un rapport ambivalent à l’informatique et oscillent entre une conscience des possibilités offertes par internet et une certaine suspicion à l’égard d’un outil qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne se sentent pas compétents à utiliser. Leur éloignement vis-à-vis de ces technologies provoque souvent chez eux un sentiment d’exclusion renforcé par l’existence d’une incitation sociale à se mettre à l’informatique. Ils viennent donc principalement aux ateliers numériques pour se familiariser avec l’ordinateur et internet, structurer leurs connaissances et apprendre des savoir-faire. Par ailleurs, les ateliers, grâce à la présence de formateurs à l’écoute de leurs difficultés, constituent pour ces personnes un moyen de rehausser leur estime de soi et de renforcer leur lien à la BPI. » – Source : les ateliers numériques de la BPI.

La BPI est devenue un lieu multi-facette satisfaisant ma curiosité de nombreux thèmes, un lieu pour travailler, un coin pour me détendre avec un manga, un jeu vidéo ou juste regarder les gens vivre.

 De nouveaux espaces tels que des ateliers, des fablabs, des espaces de coworking, d’échange de compétences et de savoir-faire, des espaces dédiés aux pratiques amateurs, etc… voient le jour en bibliothèque publique et dans certaines bibliothèques universitaires. – Source : rapport d’activité BPI 2015 (p.52).

Le site de la BPI est très complet et intéressant : http://www.BPI.fr/home.html

Vous pouvez aller à la BPI tous les jours (sauf le mardi) de 11h/12h jusqu’à 22 heures.

L’entrée est à l’arrière du bâtiment du Centre Pompidou.

augustin-missaglia

 
FRAGRANCES RH
FRAGRANCES RH on EmailFRAGRANCES RH on FacebookFRAGRANCES RH on GoogleFRAGRANCES RH on Twitter

Laisser un commentaire

Voir les boutons de partage
Cacher les boutons de partage
%d blogueurs aiment cette page :